Œuvrer pour la tranquillité publique est gage de sérénité pour une collectivité.

Œuvrer pour la tranquillité publique est gage de sérénité pour une collectivité. Du fait de son utilité, l’option de la médiation sociale de nuit ou de jour peut se révéler très vite indispensable pour les habitants qui y trouvent un intérêt. 

L’éventuel dispositif de médiation passe par une étude préalable révélant la pertinence de la mise en place d’un tel outil. Le dispositif pourra répondre à 3 critères : 

 

1. La médiation en matière de tranquillité publique : améliorer la qualité de vie collective et le cadre de vie en résolvant les conflits d’usages perturbant la tranquillité des habitants, les nuisances liées aux rassemblements, aux dégradations et aux les troubles de voisinage.

2. La veille sociale : intervenir auprès des personnes en difficulté en leur portant assistance, en favorisant l’intervention des services d’urgence, en offrant un premier niveau d’écoute aux personnes isolées et en dépistant les situations sociales dégradées. 

3. Le repérage et le signalement, aux services compétents, des dysfonctionnements générant un risque réel et immédiat pour la sécurité publique.

Domaines d’intervention : transports, quartiers, bibliothèques, sorties d’écoles, collèges, services d’urgences hôpitaux… 

Médiation sociale, l’exemple de Cergy.

Fermer le menu